Présentation Jena

Aller en bas

Présentation Jena

Message par Nailye le Mer 12 Aoû - 22:20

Prénom: Jena
Nom: N/A
Age: 16 ans.
Classe: 1ere année.
Nationalité : Française
Pouvoir et ses évolutions : Manipule la création d’oiseau noir.

Caractéristiques physiques: 1m60, cheveux  Noir, formes généreuses, yeux bleux.
Caractéristiques mentales: Discrète, Observatrice,  Téméraire.

Histoire du personnage:
L’aire glaciale de la nuit traversait nos sacs de couchage, tandis que par chance, mes yeux étaient bien trop fatigués pour tenir plus longtemps.
Le réveille fût assez agité, réveiller par un des adulte je m’étirais mon corps comme à mon habitude avant de m’habillé. Je sangle mes deux étuis comportant chacun une dague, pour vite rejoindre la troupe qui entame le voyage. Du haut de mes dix ans, je m’étais habitué très tôt a les portés et je ne voulais jamais m’en plaindre. Les autre enfants avait eux aussi leurs propre charge, excepté un qui lui porte la plus lourde, Sabrebleu. Agé de deux ans de plus que moi, il se portait souvent au côté de Julius, mais était le premier à me parler.
Julius est l’un des 3 adultes du groupe, dont nous sommes 7enfants, tous âgé entre 4 à 32 ans. Sabrebleu l’admirait beaucoup depuis qu’il l’a sauvé. Moi c’était le chef du groupe Marck qui m’a tiré de la misère qui s’abattait sur mon village remplie de non désirable à cause de la politique. J’ai toujours été orpheline donc je n’avais rien à perdre. Je serais toujours infiniment reconnaissante en vers ce groupe nommé « Les Braves ». Ils sont devenus la seul chose que je n’ai jamais eue. Mais celui dont j’admirais le plus c’était Sabrebleu et son acharnement. En chemin, même après plusieurs heures de marches, il tenait toujours à la tête du groupe. Moi je restais la plupart du temps vers la fin de la marche, moins il y avait de regard porté sur moi et mieux je me portais. Le groupe se stoppa net, je mis un certain temps pour comprendre car les adultes se munissaient de leurs armes et ces seulement quand nous fîmes encerclé que je compris la situation. Une brume épaisse apparus de nulle part mais c’était le moment ou jamais. Après une fraction de concentration une tache noir comme l’encre sortie de terre, pour changer de forme jusqu’à ce qu’on reconnaisse un oiseau. Il se posa sur mon bras et juste avant de lui ordonné par l’esprit d’aidé le groupe un chuchotement me parvin. Je reconnue la voix de Marck qui m’ordonnait de partir. Les vibrations dans se murmure me glaça le sang. Je ne me suis pas attardé, car l’oiseau s’envola en restent a ma hauteur pour me guidé a travert le champs de bataille avant que la brume ne s’estompe. A un moment je fus heurté par un des policiés déjà blécé. Deux autre oiseaux apparurent pour le repoussé tandis que je continuais ma course dans les bois les plus proche a en perdre haleine. Je n’avais aucune chance contre lui, j’aurais été un fardeau pour les autres. Au bou de quelques minutes qui mon paruent des décénit, je me cache dans le creux d’un arbre a l’opposé de la d’où je venais. Reprenent mon souffle je repensais a tous cela. Au autre. Ont-il-pus s’en sortir ? Sabrebleu ! Je mourrais d’envie d’y retourné mais j’en était bien loin et le danger trop grand. Recrocvillé dans mon coin j’angoissais tellement que je ne me sentais pas très bien. Puis quelque temps plus tard j’entendis des pas. Top légé pour que ce sois des flics, alors je me redresse sur mes jambes, une main sur l’une de mes dagues, par précossion. Un groupe d’hommes apparurent près de moi, au début il débattait entre eux avant de me voire. Surpris ils s’approcairent tous sourire. Par la suite, me prenent juste pour une gamine, il m’integrairent au groupe pour des petits délis. Des bandits pas très comode mais du moment qu’ils ne me faisaient pas de mal.
Je repense souvent au groupes, cinq ans c’était écoulé de cela. Le chef de clan des bandis décida de m’intégré a un délit plus important que d’habitude. Celui d’une embuscade a six contre un seul homme pour lui récupérer son arme, mais n’a pas voulu m’en dire plus. Le jour gi nous nous préparâmes a attaqué cette étranger, losque l’un des hommes surement le plus empoté marcha sur une branche par terre qui céda a son poids. La surprise raté, nous continuâmes en attaquant de front. Les cinq hommes et moi finirent par l’encerclé.
"- Six contre un ? Voilà un clan très loyale. Dit l’homme encerclé.
-Ton arme nous intéresse cloporte, donne là nous ou meurt avec honneur. répond le chef.
-Si tu te bat aussi bien que tu n'es discret, tes chances de réussites sont proches de zéro." L’homme souris.

Je ne l’avais pas vraiment observé jusque-là. Plus vite cette affaire terminer et mieux je me porte. Mais son sourire m’interpela un instant, avant qu’il commence le combat. Tendis que les autre se mirent en position défencive, je restais là quelque instant. Un choque électrique me parcouru telle une étincelle qui me révele l’identité… Sabrebleu ! Mais s’éatait trop tard il avait lencer le combat en forment un mur de vent. S’en réfléchir je me propulse en l’aire dans sa direction, tendis que des ombres sortir en accompagnent mon saut. Celle-ci avaient un aspect de plusieurs oiseau noir qui une fois arrivé a moi, poussairent sufisament pour que j’atteigne le centre du cercle de vent et me retrouvé au final dos a mon ami, face aux bandits. ‘’Sabrebleu, c'est moi, Jena !" lui dit-je rapidement. Celui-ci écarquilla les yeux, puis se tourna face au chef pour déguainé son sabre, suivi d’un : "Ah nous de jouer’’. De mon côté je me mis face a l’un de mes encien collègue, pris mes deux dagues et prépara mes oiseaux pour passer a l’attaque des que le murs de vent tombe. L’instant fût intensse, mon souffle faible je me ruais sur mes deux adversaires que je connaissait assez bien. Je réussi a en assomé un pour me concentré sur l’autre qui résistait. L’homme u du mal quand même a se débattre de mes oiseaux en même temps d’esquivé mes cout. Je réussi a le touché a deux reprise, mais alors que j’allais porté le cout de grasse en rassemblent toute mon energie. Malheuresement celui que j’avais assomé part je ne sais quel miracle a pus se relevé et munit d’un arc, la flèche a se moment là était déjà parti. Je devait finir mon travaille et avec un peux de chance je la recevrais dans l’épaule, mais c’est dans celle de mon compagnon qui s’est interposé avec son sabre qu’elle fini son chemin. Surprise, j’achève mon cou jusqu’au bou. A ce moment là, mon corps me laissa juste le temps de tomber sur mes genoux que ce fût le trou noir.
A mon réveille je n’avais pas consience du temps qui s’était déroulé depuis. Je me trouvais en compagnie de Julius qque je reconnue tous de suite, je me trouvais dans une sorte de ferme abandonné. Avant même de pouvoir prononcer un seul mot il me fait signe de me taire tous en regardent face a lui, comme si son regard transperçais le mur et voyais dehors. C’est dans le silence que j’entendis des pas de toute part. Encore eux ! Les policiers nous encerclaient. Il me pris par le bras de force, alla dans un coin ou une petite porte si cachait. Après avoir regardé a travers les ate de bois il me dit ‘’ A mon signal cours tous ce que tu peux et protège toi avec tes corbeaux, d’accord ?’’. Je n’avais pas le temps d’assimilé ce qui se passais qu’il ouvrit la porte et me dit de courir. Ce que je fît, des couts de feux partaient de toute part tandis que mes oiseaux m’entouraient et d’autre allaient directement gêné les tireurs. Bien loin de tout ça, mon corps a bou de souffle et pas encore tous a fait remis de la dernière batail flancha, mon pieds ne se leva pas assez haut se qui me fît trébucher et rouler sur quelque mètre sur le sol. La colère, l’angoisse, la peur… Tous se mélengaire alors que je restais au sol, je me relève bien t’en que mal, mais une douleur a la jambe ne me permis pas d’aller plus loin. Des ombres noirs essayaient elle aussi de me relever mais j’étais trop lourde et trop faible pour en faire plus. J’entendis des voix de toute parts et de pas avancer très rapidement vers moi. Une deuxièmes tentative pour me relever s’imposai. Trop tard, c’était les flics qui m’avait rattrapé et mon ramassé tandis que je me débattais, un d’entre eux me plaqua contre l’arbre tellement fort que j’étais sonné pendant une bonne heure…
Le lendemain je me retrouvais dans un bureau la jambe plâtré une dose de calment dans le sang. Après une série de tests il me pose un ultimatum. Ou je me soumets a leurs condition et je fini dans une école spécialement conçu pour nous, ou je pourrissais ici. Le choix fût rapide. Mais je ne voulais pas finir l’aventure maintenant. Je me suis battu jusqu’à maintenant pas pour tous abandonner. Et puis, il restait un infime espoir que je revoie un jour quelqu’un du groupe…

Nailye

Messages : 1
Date d'inscription : 12/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum